Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2014

Quand le monde se transforme en chiffres et la beauté en colonnes.


Un président de société reçoit en cadeau un billet d'entrée pour une représentation de la Symphonie Inachevée de Schubert. Ne pouvant s'y rendre, il passe l'invitation au responsable des Ressources Humaines de sa société. Le lendemain, le président se voit remettre le rapport suivant :

1 - Les quatre joueurs de hautbois demeurent inactifs pendant des périodes considérables. Il convient donc de réduire leur nombre et de répartir leur travail sur l'ensemble de la symphonie, de manière à réduire les pointes d'inactivité.

2 - Les douze violons jouent tous des notes identiques. Cette duplication excessive semblant inutile, il serait bon de réduire de manière drastique l'effectif de cette section de l'orchestre. Si l'on doit produire un son de volume élevé, il serait possible de l'obtenir par le biais d'un amplificateur électronique.

3 - L'orchestre consacre un effort considérable à la production de triples croches. Il semble que cela constitue un raffinement excessif, et il est recommandé d'arrondir toutes les notes à la double croche la plus proche. En procédant de la sorte, il devrait être possible d'utiliser des stagiaires et des opérateurs peu qualifiés.

4 - La répétition par les cors du passage déjà exécuté par les cordes ne présente aucune nécessité. Si tous les passages redondants de ce type étaient éliminés, il serait possible de réduire la durée du concert de deux heures à vingt minutes.

Nous pouvons conclure, Monsieur le Président, que si Schubert avait prêté attention à ces remarques, il aurait été en mesure d'achever sa symphonie.

Commentaires

Bonjour Natacha !

Quand les histoires mêlent humour et évidences !! ... Il m'est arrivé (encore récemment) de croiser le clone de ce DRH car oui il existe.

Bonne journée,
Isabelle

Écrit par : weiss | 21/05/2014

Cette histoire me fait toujours rire ... cela étant cette version réduite de la symphonie aurait eu un impact négatif sur le PIB, et donc tout cela n'est pas bon pour la croissance :-)

Écrit par : Pierre C. | 01/06/2014

super Natacha ce regard sur l'optimisation qui obsèdent les acteurs des entreprises ( y compris les RH). On vient de m'offrir le livre "l'utilité de l'inutile" de Nuccio Ordine que je recommande vivement ! Ca me fait penser au "trop de notes " quand Mozart présente son oeuvre au prince.

Écrit par : Michelle Seban | 15/10/2014

Les commentaires sont fermés.