Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2010

Redevenir auteur de sa vie *

* terme emprunté à la pratique narrative


La mutation de la société glisse sur notre civilisation et se développe à sa marge.
Quelle forme prendra t-elle ? nul ne le sait, ces changements sont imprévisibles.Tout peut être imaginé et c’est sûrement encore autre chose qui arrivera.

Chaque jour, nous pouvons sentir les bruissements du monde, les vents obliques, les enthousiasmes nouveaux, les pensées marginales, et surtout les actions qui en découlent.

Le nouveau monde se crée autour de la connaissance, de l’immatériel et de la vie intérieure. Il s’appuie sur la frugalité et l’accomplissement de soi. Il redécouvre la lenteur, la relocalisation, la coopération.

Partout fleurissent des initiatives joyeuses et responsables: le mouvement des villes lentes (né en Italie), celui des villes de transition (né en GB et Irlande), les monnaies libres, les clubs d’épargne solidaires, les objecteurs de croissance, la simplicité volontaire, les jardins partagés, les économies solidaires, les logiciels libres, les copyleft, et plein d’autres encore.
parfois la cohabition des deux mondes produit des transgressions: désobéissances civiles, guérillas jardinière etc

Je ne prendrais pas le risque de croire que ce sont des mouvements sans importance. Même s’ils sont discrets et ne cherchent pas à se faire remarquer. Même si ce sont des initiatives individuelles ou en petits groupes sans lien entre elles, pas organisées. Ces bricolages désordonnés détiennent les germes d’une société parallèle en dehors de la vie marchande, de la vie au travail salarié, de la vie institutionnelle.

Par exemple, JF Noubel a fait vœu de richesse. Il utilise désormais des monnaies libres, un système qui résiste à la logique de rareté et d'accumulation (l’argent va à l’argent) des monnaies officielles, pour recréer de la diversité, de l'abondance et une conception plus étendue de la richesse.

Les entreprises aussi vivent la mutation des destins. Les valeurs clefs sont autonomie, réseaux, talent, qualité, sur mesure, responsabilité planétaire. De plus en plus de créateurs mettent l’amour du métier et le sens de l’action avant la recherche du profit. Cela débouche sur des managements bien différents, une créativité débordante pour imaginer les voies de la coopération avec leurs clients, leurs collaborateurs, leurs fournisseurs.

Toutes ces aventures visent à laisser le passage à la vie, pour qu'elle s'écoule au delà des remparts de la modernité. Et surtout, ce qui explique l'incroyable diversité des initiatives, il s'agit de redevenir auteur de sa vie. Sortir des diktats, qu’ils viennent des Etats, des normes sociales, des marchés financiers, des pressions professionnelles.

Je sens monter cette volonté dans la société comme la sève monte dans la tige et passe au travers du béton.

Le réel c'est l'histoire que nous construisons du monde. C'est ce qui me passionne dans mon métier d’accompagnante. C’est pour cela que je me forme à la pratique narrative car la philosophie de cette démarche est de redevenir auteur de sa vie.
Que ce soient les personnes, les équipes, les organisations, il s'agit de façonner sa liberté pour redonner du sens et de la cohérence à l’existence.
D'épaissir son histoire préférée pour redevenir auteur de sa vie.

P1000780.JPG
Voici quelques liens des références citées dans l’article et surtout merci de me faire part des initiatives que vous connaissez.

www.thetransitioner.org
www.slowfood.fr
http://www.cittaslow.net
www.villesentransition.net
http://www.cooprh.com/pratiques-narratives

Commentaires

C'est vrai Natacha qu'il y a toutes ces tendances et aussi un désir fort des personnes qui travaillent de le faire en cohérence avec leur valeur qui ne sont pas celle du capitalisme et du chacun pour soi. Je le vois en tant qu'accompagnatrice de bilan.
Il faut, même si ces mouvements sont discrets, les promouvoir pour que ceux qui se sentent seul et parfois pensent appartenir à une "autre planète" puissent les trouver et s'y ressourcer.
Merci donc à toi et à d'autres de nous informer de ces frémissements d'autres possibles.
Je rajouterai donc un autre site québéquois autour de la simplicité volontaire : http://simplicitevolontaire.info/
Sophie

Écrit par : Sophie | 12/12/2010

Bonjour Natacha,

Je profite de la trêve de Noêl pour me balader sur ton blog que je n'avais pas encore pris le temps de découvrir. J'aime bien tes messages engagés dans lesquels je perçois une forme d'optimisme rebelle, emprunt d'espoir, de confiance et de foi en l'avenir et en l'homme riche de toute sa sagesse potentielle.

En cette période de voeux, je fais celui de voir chaque citoyen du monde abandonner sa petite (ou grande) parcelle pour se réapproprier le monde. Un monde dans lequel, chacun, un jour, vivra peut-être en harmonie avec ses semblables et avec toute la bio diversité. Voeux pieux, espoir naïf ou rêve idéaliste ? A quelques jours de la nouvelle année, je m'autorise à ne pas les distinguer.

Merci pour tes billets dans lesquels tu oses te découvrir et qui donnent à réfléchir utilement.

Bonne année à toi

Jean-Philippe BOZEK.

Écrit par : Jean-Philippe BOZEK | 27/12/2010

Les commentaires sont fermés.