Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2011

Résistantes !

À Albertville en Savoie, des caissières d’E.D font la grève tous les dimanches depuis 2009. Tous les dimanches, elles manifestent sur le parking avec leur banderole « vos achats du dimanche et fériés détruisent nos familles ».

Pas un jour sans consommer ! Rien n’est plus précieux !
Ne pas laisser le temps à autre chose !

Ouvrir le dimanche c’est une offrande de plus au totem de la consommation.

Alors écoutons ces femmes qui nous racontent une autre histoire dans laquelle leur famille est plus importante. Ce sont des histoires de vies plus riches avec moins d'argent.

Elles sont des résistantes de notre système économique et de ses impacts sur notre société, sur nos vies.

corinne-valerie-valerie-et-marie-anne-quatre-des-six-guerrieres-du-dimanche-pretes-a-attaquer.jpg


Dans notre société moderne, la consommation, la financiarisation, l'urbanisation posent le cadre de la servitude humaine.

Ce qui se joue est une guerre endogène à notre civilisation. Elle s'intensifiera avec la pénurie des ressources.
Les actes de résistances sont de plus en plus nombreux, ils s’expriment de manière détournée et avec beaucoup de diversité: manifestations contre la rigueur, le coût de la vie, cadres refusant des promotions, entreprises éthiques, simplicité volontaire...

1123238054.png



Les entreprises ne sont pas directement responsables, elles en sont même les premières victimes. Mais certaines collaborent plus que d’autres.

Des entreprises vaches à lait, des dirigeants et des collaborateurs qui n’y croient plus, désabusés et résignés, dépassés, une pression toujours plus forte sur les rythmes et les objectifs, des risques accrus pour la santé des hommes, des terres épuisées, des fantasmes de profits destructeurs des sociétés humaines et de la vie en général. Et tous ceux qui n’ont plus assez pour vivre. Et tous ceux qui n’ont plus rien.

Combien de temps allons nous tenir ce modèle ?

Commentaires

Je ne sais pas combien de temps nous allons tenir, mais plus nous ferons part de ces différentes initiatives, plus nous avons de chances d'en fédérer d'autres et de faire bouger les choses. Ne pas se sentir seul(e) dans cette résistance nous permet de continuer à résister (même si nous avons parfois l'impression de ne pas avancer beaucoup)
Merci à toi Natacha de continuer à porter l'espoir !

Sophie

Écrit par : Sophie | 22/08/2011

Non mais puis quoi encore ! Le dimanche est un jour de repos. Les femmes, pourquoi pas les hommes. Et moi qui est une enfant, si ma mère travaillait le dimanche.. He bah je vais réagir !

Écrit par : Eve | 21/02/2012

Les commentaires sont fermés.