Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2014

La sirène dépitée par la serendipitée


« Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît, car tu ne pourrais pas t'égarer », Rabi Nahman De Bratslav



La sérendipité, qu’est-ce que c’est ?

serendipité.jpg

Horace Walpole définissait en 1754 la sérendipité comme « des découvertes inattendues, faites grâce au hasard et à l’intelligence ». Il s’était inspiré du titre d'un conte d’origine persane intitulé « Voyages et aventures des trois princes de Serendip », où les héros, tels des chasseurs, utilisaient des indices pour décrire un animal qu’ils n’avaient pas vu. « J’ai lu autrefois un conte de fées saugrenu, intitulé Les Trois Princes de Serendip : tandis que leurs altesses voyageaient, elles faisaient toutes sortes de découvertes, par accident et sagacité, de choses qu’elles ne cherchaient pas du tout, par exemple, l’un des princes découvre qu’une mule borgne de l’œil droit vient de parcourir cette route, parce que l’herbe n’a été broutée que sur le côté gauche, où elle est moins belle qu’à droite – maintenant saisissez-vous le sens de sérendipité ? ».
Pour Philippe Quéau en 1986, la sérendipité, c’est « l’art de trouver ce que l’on ne cherche pas en cherchant ce que l’on ne trouve pas ». Et enfin Mark Raison propose en 2002 : « L’art de faire des découvertes heureuses, inattendues et utiles par hasard ». De son côté Paul Thagard distingue trois niveaux de sérendipité :
- Trouver quelque chose que l’on ne cherche pas.
- Trouver quelque chose que l’on cherchait mais par un moyen imprévu.
- Trouver quelque chose mais qui sert à tout autre chose que ce à quoi on pensait au départ.
En entreprise, la sérendipité est l'exploitation d'une créativité accidentelle causée par les circonstances, la chance, une maladresse, une erreur. Les erreurs et les imprévus sont les meilleures opportunités pour faire des progrès importants car elles permettent de remettre en question les habitudes, les certitudes et les normes usuelles. La sérendipité demande de la part des protagonistes d’aimer les surprises et la curiosité et aussi la capacité d’exploiter des découvertes qui, au départ, peuvent être une simple information ou observation. Hélas, tout ceci n’est pas si simple compte tenu de notre éducation qui nous a enseigné depuis le plus jeune âge à chercher les erreurs pour les reprocher et les sanctionner. En cultivant la sérendipité, en particulier dans vos séquences d’ajustement collectives, vous gardez à l’esprit qu’il y a sans cesse des opportunités à exploiter quelles que soient les circonstances. Comme des bifurcations imprévues mais qui peuvent être heureuses. Nous ne les voyons pas, mais elles sont là. Prenez le temps de vous y attarder pour en voir quelques-unes.
Alors, attention aux sirènes de la perfection, de la linéarité, des ouvertures de parapluies et de la poussière cachée sous le tapis.
Laissez-vous plutôt gagner par le chant de la serendipité.

Extrait de Passeport pour la métamorphose. Natacha Rozentalis
http://www.lulu.com/shop/natacha-rozentalis/passeport-pour-la-métamorphose/paperback/product-21305024.html

Les commentaires sont fermés.