Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2015

S’éloigner des agitations du monde et développer son intériorité.

Dans notre civilisation, la difficulté n’est plus d’aller chercher les ressources de base à notre survie, mais de se protéger, de protéger son être profond, son identité contre les incessantes sollicitations, le bruit, les images et les agressions des sens.

La saturation est telle, que la richesse ne se montre plus par l’accumulation de biens mais au contraire par le dépouillement. L'espace, le silence et un environnement sain deviennent rares et chers.
Nous sommes égarés dans la modernité. Notre temps est celui de la consommation. Nous sommes domestiqués pour la servir. Le mode de vie engendré par notre civilisation est tout organisé pour nous couper de nous-même, nous sommes tout entiers appelés à l’extérieur. Et pourtant c’est de l’intérieur que nous nous connectons à notre environnement, aux autres, c’est là que nous rencontrons notre ultime liberté et notre joie profonde.
large.jpg
La plus grande transgression du siècle est sans doute de s’éloigner des agitations du monde : mondanités, vie sociale stérile, actualités, bruits incessants des villes, bavardages, informations inutiles. Tous ces bruits qui nous empêchent d’entendre l’appel de notre vocation et de sentir les signaux faibles qui guident notre intuition et nos actions. S’en éloigner, c’est reprendre le cours de notre temps et retrouver de la puissance pour notre accomplissement.

30/04/2014

L’humanité peut aussi redevenir auteur de sa vie.

L’approche narrative éclaire les histoires qui rendent les personnes dignes et diluent la honte. Elle redonne à l’homme sa place de créateur, d’être fondamentalement en devenir.

Dans son intention comme dans sa pratique, le narrapeuthe se concentre sur la construction narrative et non sur le diagnostic, afin de rechercher dans nos expériences passées, présentes et futures les éléments qui rendent vivantes fortes et joyeuses nos histoires de vie préférées.

Dans les communautés de vie et de travail, ce sont aussi des histoires préférées de fierté, d’intelligence, de créativité et de confiance qui feront émerger des "contre histoires" à l'histoire dominante actuelle de production, de consommation et de croissance. Pourquoi pas des histoires d'amour, de respect, d'équilibre et de joie de s'accomplir ?


03/03/2014

Pour la diversité "laissez-les faire"

L'histoire dominante occidentale veut s'étendre partout et ne supporte aucune résistance.
Pourtant la diversité humaine est d'une incroyable richesse et nous rappelle que les choix de notre civilisation ne sont pas universels:

Protégeons la diversité des modes de vie, des économies, des organisations sociales, des rapports sociaux, des croyances, des religions et cosmogonies.

A voir ce petit film qui dit l'essentiel de notre relation aux autres peuples et cultures en 2'15.


'Quelle folie de voir tous ces étrangers venir nous imposer le développement. Le développement est-il possible lorsqu'il détruit notre environnement qui nous apporte nourriture, eau et dignité? Vous, vous devez payer pour prendre un bain, pour vous nourrir, et même pour boire de l'eau. Chez nous, nous ne payons pas l'eau comme vous et nous pouvons manger n'importe où gratuitement.'
–LODU SIKAKA, DONGRIA KONDH (Inde)

Les Dongria Kondh d'Inde cultivent plus d'une centaine de plantes alimentaires et collectent pas moins de 200 différents aliments sauvages contribuant tout au long de l'année à une riche nutrition, même en période de sécheresse. Ils ont rejeté toutes les tentatives d'assimilation au courant dominant. (source : site survival).

L'auto-suffisance locale alimentaire est une question de survie pour nous aussi. eth-kwe-aj-01_screen.jpgC'est à nous d'y penser et d'agir pour la rendre possible