UA-110137006-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

devenir - Page 3

  • Pour la diversité "laissez-les faire"

    L'histoire dominante occidentale veut s'étendre partout et ne supporte aucune résistance.
    Pourtant la diversité humaine est d'une incroyable richesse et nous rappelle que les choix de notre civilisation ne sont pas universels:

    Protégeons la diversité des modes de vie, des économies, des organisations sociales, des rapports sociaux, des croyances, des religions et cosmogonies.

    A voir ce petit film qui dit l'essentiel de notre relation aux autres peuples et cultures en 2'15.


    'Quelle folie de voir tous ces étrangers venir nous imposer le développement. Le développement est-il possible lorsqu'il détruit notre environnement qui nous apporte nourriture, eau et dignité? Vous, vous devez payer pour prendre un bain, pour vous nourrir, et même pour boire de l'eau. Chez nous, nous ne payons pas l'eau comme vous et nous pouvons manger n'importe où gratuitement.'
    –LODU SIKAKA, DONGRIA KONDH (Inde)

    Les Dongria Kondh d'Inde cultivent plus d'une centaine de plantes alimentaires et collectent pas moins de 200 différents aliments sauvages contribuant tout au long de l'année à une riche nutrition, même en période de sécheresse. Ils ont rejeté toutes les tentatives d'assimilation au courant dominant. (source : site survival).

    L'auto-suffisance locale alimentaire est une question de survie pour nous aussi. eth-kwe-aj-01_screen.jpgC'est à nous d'y penser et d'agir pour la rendre possible

  • Les histoires de nos vies écrites par les autres.

    Mme Rosenstein promène ses deux enfants au parc, une voisine les interpelle «oh Mme Rosenstein, cela fait longtemps ! Comment allez-vous? » Et s’extasiant «Vos enfants ont bien grandi, ça leur fait quel âge? » La mère répond très fière « Sam, l’avocat a 5 ans et Tom, le médecin en a 7 ».

    Vivons-nous nos vies avec les histoires écrites par d'autres?
    Racontons -nous des histoires sur les autres qui deviennent dominantes dans leurs choix?

    couronne coeur.jpegCette même blague pourrait s’écrire avec un scénario entre patron et salariés, entre politiques et citoyens.
    Heureusement, nous sommes souverains en notre pays. Chacun peut, en privilégiant son histoire préférée sur l'histoire dominante, devenir auteur de sa vie.

    C'est ce que nous faisons pour entrer en métamorphose, individuellement et collectivement.

  • Et si on commençait par la fin?

    "Un investisseur américain se promène au bord de l'eau dans un petit village côtier mexicain. Un bateau rentre au port, contenant plusieurs thons.
    L'Américain complimente le pêcheur mexicain sur la qualité de ses poissons et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer.
    " Pas très longtemps ", répond le Mexicain.
    " Mais alors, pourquoi n'êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus ? " demande le banquier.
    Le Mexicain répond que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de sa famille. L'Américain demande alors : " Mais que faites-vous le reste du temps ? "
    " Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir, je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et jouons de la guitare. J'ai une vie bien remplie."images.jpeg
    L'Américain l'interrompt : " J'ai un MBA de l'université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l'argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu'à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l'usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut être New York, d'où vous dirigeriez toutes vos affaires. "
    Le Mexicain demande alors : " Combien de temps cela prendrait-il ? "
    - 15 à 20 ans, répond le banquier.
    - Et après ?
    - Ensuite, c'est là que ça devient intéressant, répond l'Américain en riant.
    Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions.

    - Des millions ? Mais après ?
    - Après, vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme, et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis."