Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2014

Pour la diversité "laissez-les faire"

L'histoire dominante occidentale veut s'étendre partout et ne supporte aucune résistance.
Pourtant la diversité humaine est d'une incroyable richesse et nous rappelle que les choix de notre civilisation ne sont pas universels:

Protégeons la diversité des modes de vie, des économies, des organisations sociales, des rapports sociaux, des croyances, des religions et cosmogonies.

A voir ce petit film qui dit l'essentiel de notre relation aux autres peuples et cultures en 2'15.


'Quelle folie de voir tous ces étrangers venir nous imposer le développement. Le développement est-il possible lorsqu'il détruit notre environnement qui nous apporte nourriture, eau et dignité? Vous, vous devez payer pour prendre un bain, pour vous nourrir, et même pour boire de l'eau. Chez nous, nous ne payons pas l'eau comme vous et nous pouvons manger n'importe où gratuitement.'
–LODU SIKAKA, DONGRIA KONDH (Inde)

Les Dongria Kondh d'Inde cultivent plus d'une centaine de plantes alimentaires et collectent pas moins de 200 différents aliments sauvages contribuant tout au long de l'année à une riche nutrition, même en période de sécheresse. Ils ont rejeté toutes les tentatives d'assimilation au courant dominant. (source : site survival).

L'auto-suffisance locale alimentaire est une question de survie pour nous aussi. eth-kwe-aj-01_screen.jpgC'est à nous d'y penser et d'agir pour la rendre possible

11/10/2013

A qui appartient la nature?

La cosmogonie aborigène incarne l’idée que la pensée a créé toute matière. La Terre, les hommes, les plantes, les animaux ne sont que des parties d’un même Tout. Donc les hommes ne peuvent pas posséder de terre ou d’animaux.

16:56 Publié dans anthropologie | Lien permanent

04/10/2013

Joie et beauté

Les indiens Navajos célèbrent les A’wee Chi’deedloh, en l’honneur du premier rire d’un bébé. Ils ne fêtent pas la naissance mais la première manifestation de joie avant laquelle on considère que l’enfant vit entre deux mondes, celui des êtres sacrés et celui des humains. Son premier rire signale que son âme a rallié son corps, il est prêt à se joindre au peuple de la Terre.