UA-110137006-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société - Page 10

  • Redevenir auteur de sa vie *

    * terme emprunté à la pratique narrative


    La mutation de la société glisse sur notre civilisation et se développe à sa marge.
    Quelle forme prendra t-elle ? nul ne le sait, ces changements sont imprévisibles.Tout peut être imaginé et c’est sûrement encore autre chose qui arrivera.

    Chaque jour, nous pouvons sentir les bruissements du monde, les vents obliques, les enthousiasmes nouveaux, les pensées marginales, et surtout les actions qui en découlent.

    Le nouveau monde se crée autour de la connaissance, de l’immatériel et de la vie intérieure. Il s’appuie sur la frugalité et l’accomplissement de soi. Il redécouvre la lenteur, la relocalisation, la coopération.

    Partout fleurissent des initiatives joyeuses et responsables: le mouvement des villes lentes (né en Italie), celui des villes de transition (né en GB et Irlande), les monnaies libres, les clubs d’épargne solidaires, les objecteurs de croissance, la simplicité volontaire, les jardins partagés, les économies solidaires, les logiciels libres, les copyleft, et plein d’autres encore.
    parfois la cohabition des deux mondes produit des transgressions: désobéissances civiles, guérillas jardinière etc

    Je ne prendrais pas le risque de croire que ce sont des mouvements sans importance. Même s’ils sont discrets et ne cherchent pas à se faire remarquer. Même si ce sont des initiatives individuelles ou en petits groupes sans lien entre elles, pas organisées. Ces bricolages désordonnés détiennent les germes d’une société parallèle en dehors de la vie marchande, de la vie au travail salarié, de la vie institutionnelle.

    Par exemple, JF Noubel a fait vœu de richesse. Il utilise désormais des monnaies libres, un système qui résiste à la logique de rareté et d'accumulation (l’argent va à l’argent) des monnaies officielles, pour recréer de la diversité, de l'abondance et une conception plus étendue de la richesse.

    Les entreprises aussi vivent la mutation des destins. Les valeurs clefs sont autonomie, réseaux, talent, qualité, sur mesure, responsabilité planétaire. De plus en plus de créateurs mettent l’amour du métier et le sens de l’action avant la recherche du profit. Cela débouche sur des managements bien différents, une créativité débordante pour imaginer les voies de la coopération avec leurs clients, leurs collaborateurs, leurs fournisseurs.

    Toutes ces aventures visent à laisser le passage à la vie, pour qu'elle s'écoule au delà des remparts de la modernité. Et surtout, ce qui explique l'incroyable diversité des initiatives, il s'agit de redevenir auteur de sa vie. Sortir des diktats, qu’ils viennent des Etats, des normes sociales, des marchés financiers, des pressions professionnelles.

    Je sens monter cette volonté dans la société comme la sève monte dans la tige et passe au travers du béton.

    Le réel c'est l'histoire que nous construisons du monde. C'est ce qui me passionne dans mon métier d’accompagnante. C’est pour cela que je me forme à la pratique narrative car la philosophie de cette démarche est de redevenir auteur de sa vie.
    Que ce soient les personnes, les équipes, les organisations, il s'agit de façonner sa liberté pour redonner du sens et de la cohérence à l’existence.
    D'épaissir son histoire préférée pour redevenir auteur de sa vie.

    P1000780.JPG
    Voici quelques liens des références citées dans l’article et surtout merci de me faire part des initiatives que vous connaissez.

    www.thetransitioner.org
    www.slowfood.fr
    http://www.cittaslow.net
    www.villesentransition.net
    http://www.cooprh.com/pratiques-narratives

  • Quel avenir pour l’idée de la noosphère ?

    Comme toutes les idées, intuitions, visions, l’on peut se demander quel sera son avenir ?
    La noosphère propose une idée « visuelle » d’un passage de la société moderne à la société de la connaissance. C’est donc de l’idée même de ce passage qu’il s’agit. (cf: note précédente "vivre en avant")
    Quel avenir pour la révolution noétique (Idée développée par Marc Halévy) ?
    Va t-elle s’effriter et mourir ?
    Vivoter de façon marginale ?
    Va t-elle éclairer les siècles à venir ?
    Ou bien s’imposer à nous comme une réalité ?
    D’ailleurs, est-ce juste une idée ou une réalité encore peu identifiable ?
    L’avenir nous le dira.
    1020820830aurore-boreal.jpg
    Pourtant cette idée fait son chemin, développée entre les 2 guerres, contestée et mise de côté, elle reprend force grâce à Internet.
    Cette idée vit sous de multiples formes depuis 5000 ans, et inspire spiritualités et philosophies de nombreuses écoles.
    Dans les films Inception et Matrix, elle germe dans une version hollywoodienne.
    Il y a aujourd’hui une remise en question profonde et durable de notre modèle de vie, de la responsabilité humaine, du sens des existences. Il y a une telle quête de sens chez les hommes qu’il semble improbable que nous ne fassions seulement dans l’avenir qu’un peu plus de la même chose.
    Le passage noétique est l’invitation à une autre conception de vie. C’est la recherche du plus être, plutôt que du bien-être.
    De ce fait, notre quotidien dans l’actuel paradigme ressemble davantage à une agitation généralisée du monde qu’à des actes vraiment utiles à notre accomplissement.
    Si cette idée de noosphère et de mutation noétique vit, comment se déploiera t-elle ? Par généralisation ou par scission ?
    D’un côté ceux, nombreux, qui se préoccupent du comment sortir de la crise pour produire plus et consommer plus et cherchent toutes les offrandes possibles pour servir le totem de la croissance et des bulles spéculatives.
    Plus avant, d’autres imaginent des voies de devenir pour l’homme. Ils pressentent que, ce que les modernistes (ceux de la société moderne actuelle) appellent la crise, n’est qu’un soubresaut de plus d’une agonie annoncée.
    Pour cela, mille voies sont explorées Chacun avec sa créativité et ce qu’il est. Ils se mettent au service pour l’émergence de cette sphère pensante (connaissance et conscience) et de la Terre souffrante (frugalité et responsabilité). Mais ce chemin est toujours celui d’une exploration de soi, un travail d’intériorité pour faire progresser notre conscience. Cette révolution prend sa source dans l’évolution de chacun en tant que personne. Chaque être est unique, précieux et mystérieux et chaque être peut déployer son talent qu’il soit manuel, intellectuel, artistique, relationnel.

    L’invitation noétique c’est aussi sortir de la domestication de la société mécaniste que nous avons créé. Sortir de la rationalisation pour réapprendre à utiliser nos 2 cerveaux et nos autres capacités endormies. La société moderne n’est alors qu’une étape. Cette étape se termine car elle ne nous permet plus aujourd’hui de prendre soin de la planète qui est notre maison et elle ne nous permet pas suffisamment d’évoluer individuellement et collectivement.

    Nous ne savons pas ce qu’il sera mais j’aime l’idée que nous sommes chacun responsables de son devenir, c’est déjà une liberté dont il faut prendre soin.
    Le résultat nos recherches personnelles inspire alors profondément le choix de nos actions.

    Cela peut être d’avoir l’ambition de vouloir faire son métier le mieux possible et de servir une finalité qui a du sens. Il y a des entreprises qui sont dans cette philosophie, le profit est alors une conséquence de leur excellence et de leur cohérence et non un but.

    Ce sont par les actions et les paroles que nous distinguons les modernistes des noétiques (qui se retrouvent souvent dans les créatifs culturels). Dans les paroles des médias, chez les acteurs économiques et sociaux, dans notre entourage. En portant notre attention, nous savons s’ils sont modernistes, c’est-à-dire les défenseurs de notre paradigme en déclin ou bien s’ils pensent et agissent déjà autrement. La grande majorité est encore celle des modernistes. Les éclaireurs noétiques sont peu nombreux, ni de droite, ni de gauche.
    Ils sont toujours « en avant ».

  • Vivre en avant

    Chaque instant, l’homme produit des pensées, des idées. Chaque instant, l’homme cultive sa conscience.

    Et si nous n’étions pas que de chair et de sang ? et si ces pensées, ces idées, ces histoires, ces consciences produisaient une existence immatérielle ?
    Et si ces vies immatérielles s’agrégeaient en une sorte de biofilm pour former une sphère tout autour de la Terre?

    Parce que nous vivons dans un univers évolutif, le phénomène de la conscience semble toujours se généraliser et s’accroître sur la Terre. Delors, l’on peut concevoir une conscience planétaire.
    C’est l’idée développée par Theilard et Chardin de l’émergence d’une noosphère comme un « lieu » où se « matérialiseraient » toutes les connaissances, les idées et les technologies de plus en plus complexes, les consciences humaines et la capacité à penser qui en découle.
    J’ajoute que les histoires qui se forment à l’issue de nos consciences et de nos pensées peuvent elles aussi participer à la noosphère. Ce que nous racontons de nous est ce que nous offrons de notre être au monde.

    Si tout cela peut s’imaginer, cela signifie que l’homme a une fonction bien particulière dans le grand écheveau de la vie.

    « Parce que l’humanité se multiplie et se répand sans cesAuguste_Rodin_-_Penseur.pngse à la surface d’une terre limitée géographiquement, Teilhard voit les humains se resserrer les uns sur les autres, et cette densification de l’humanité équivaut pour lui à une densification de la noosphère, donc une intensification de la conscience. Cette densification progressive amène à un retournement sur elle-même de la conscience, phénomène que Teilhard appelle « le Réfléchi »5. Il voyait l’humanité prendre progressivement conscience d’elle-même et de ses possibilités sur une terre rendue de plus en plus petite sous l’effet de la croissance d’une population humaine toujours plus serrée sur elle-même, donc plus « échauffée » psychiquement, donc plus consciente d’elle-même : vision prophétique de la mondialisation, qu’il appelle « planétisation ». source wikipédia

    Qu’est ce que cela m’inspire ?

    Si la noosphère symbolise une étape de croissance de la vie en complément de la biosphère et de la sociosphère, alors l’homme est un pont, un lien dans cette évolution. Car l’homme produit des connaissances et des pensées.
    Cela donnerait un sens à toutes les connaissances accumulées depuis la naissance de l’homme et un nouvel éclairage notre enjeu a progresser en conscience.
    Cela nous indique que nous avons sans doute mieux à faire que ce que nous faisons chaque jour comme objet de production. Qu’il est de notre responsabilité de progresser comme homme pensant, maintenant que nous avons développé l’homme fabricant.
    Cela permettrait de mieux comprendre et accepter la complexification du monde. Car les enchevêtrements planétaires de nos pensées reliées deviennent source de création en perpétuel mouvement.
    Cela donne une épaisseur particulière à l’Esprit qui est le souffle comme l'indique son nom latin.

    Le passage de l’hyper matérialisme et du mécanicisme à l’esprit est une voie d’évolution enthousiasmante. C’est une révolution noétique. Celle qui conduit à la société de la connaissance, propulsée par internet qui devient son système nerveux.

    L’homme peut alors imaginer ses pensées nourrir la noosphère et s’inspirer d’elle. C’est peut-être ce que nous faisons lorsque une idée originale se conçoit au même moment dans plusieurs endroits du monde.

    Pour que l'Humanité évite son autodestruction, verra-t-on une nouvelle compléxification ou orientation dans l'Esprit de l'Homme ?

    Ce bond de mutation pourrait alors se comparer au passage radical de la Préhistoire à l’Histoire.