Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2011

Sommes nous devenus des rats ?

Chacune de mes visites dans le métro me surprennent. Dans les couloirs interminables, tout est à notre disposition : vêtements, bijoux, coiffeurs, fleurs, laboratoire d’analyse, restaurants et même glaciers.
Ces lieux sont laids, surpeuplés, sentent mauvais et pourtant les magasins sont pleins. Sommes-nous sujets à une telle compulsion de consommer que nous ne pouvons attendre d’être à l’air libre ? Avons-nous perdu à ce point le sens du beau ?

ba_rat11.jpgSommes nous devenus des rats ?

15:19 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (1)

16/08/2011

Résistantes !

À Albertville en Savoie, des caissières d’E.D font la grève tous les dimanches depuis 2009. Tous les dimanches, elles manifestent sur le parking avec leur banderole « vos achats du dimanche et fériés détruisent nos familles ».

Pas un jour sans consommer ! Rien n’est plus précieux !
Ne pas laisser le temps à autre chose !

Ouvrir le dimanche c’est une offrande de plus au totem de la consommation.

Alors écoutons ces femmes qui nous racontent une autre histoire dans laquelle leur famille est plus importante. Ce sont des histoires de vies plus riches avec moins d'argent.

Elles sont des résistantes de notre système économique et de ses impacts sur notre société, sur nos vies.

corinne-valerie-valerie-et-marie-anne-quatre-des-six-guerrieres-du-dimanche-pretes-a-attaquer.jpg


Dans notre société moderne, la consommation, la financiarisation, l'urbanisation posent le cadre de la servitude humaine.

Ce qui se joue est une guerre endogène à notre civilisation. Elle s'intensifiera avec la pénurie des ressources.
Les actes de résistances sont de plus en plus nombreux, ils s’expriment de manière détournée et avec beaucoup de diversité: manifestations contre la rigueur, le coût de la vie, cadres refusant des promotions, entreprises éthiques, simplicité volontaire...

1123238054.png



Les entreprises ne sont pas directement responsables, elles en sont même les premières victimes. Mais certaines collaborent plus que d’autres.

Des entreprises vaches à lait, des dirigeants et des collaborateurs qui n’y croient plus, désabusés et résignés, dépassés, une pression toujours plus forte sur les rythmes et les objectifs, des risques accrus pour la santé des hommes, des terres épuisées, des fantasmes de profits destructeurs des sociétés humaines et de la vie en général. Et tous ceux qui n’ont plus assez pour vivre. Et tous ceux qui n’ont plus rien.

Combien de temps allons nous tenir ce modèle ?

09/08/2011

Alliance des civilisations

Vu sur le site Errances narratives


www.cooprh.com/pratiques-narratives/histoires-alternatives/une-autre-histoire.html



J’aimerais pouvoir continuer avec eux cet échange sur les fondements de notre civilisation : la propriété, l’accumulation de biens sans limite, l’incroyable écart entre les riches et les pauvres, la servitude au travail, les sans-abri, le gaspillage de ressources vitales… Tout ce qui ne peut pas exister dans la plupart des sociétés traditionnelles car les systèmes sociaux et culturels sont conçus pour y veiller.

« et nous nous battrons pour que vous ne souillez pas notre Terre ».


Le défi de la prochaine ère est de sortir des phantasmes de l'unité et de redonner leur place à ces autres récits pour construire une histoire alternative, une histoire permettant une alliance entre les cultures traditionnelles (même si ce raccourci bien-sur ne témoignent pas de l’immense diversité de ces cultures) et celle de notre culture du progrès.
Allier d'un côté la vision traditionnelle de l’homme comme faisant partie de la nature et attentifs aux équilibres sociaux et environnementaux et de l'autre notre capacité à la connaissance et à la création.

Pour refaire l’alliance, c’est une révolution qui se préparent pour sortir de la modernité finissante. Ces nouveaux fondements culturels vont forcément bousculer nos philosophies humanistes, nos religions monothéistes et dualistes, nos logiques cartésiennes et mécanistes.

Cette période charnière si elle est passionnante et enthousiasmante ouvre aussi des risques aux dérives intégristes. Lorsque les nouvelles histoires possibles deviennent des dogmes, c’est déjà la fin de l’alliance et de la création. Mais pourrons-nous l’éviter ? Sûrement pas, il nous reste à chacun trouver notre force à l’intérieur pour tenir dans le chaos.